LES TECHNOLOGIES FINANCIÈRES ET LES RÉPERCUSSIONS DE LA PANDÉMIE DE CORONAVIRUS

LES TECHNOLOGIES FINANCIÈRES ET LES RÉPERCUSSIONS DE LA PANDÉMIE DE CORONAVIRUS

logo
06/23/20 10:28 AM 2020-06-23 10:28:05
FINTECH AND IMPACTS OF THE CORONAVIRUS PANDEMIC The COVID-19 pandemic has taken the world by storm. This crisis too shall end – but its implications shall never be forgotten. Similar to the Great R

LES TECHNOLOGIES FINANCIÈRES ET LES RÉPERCUSSIONS DE LA PANDÉMIE DE CORONAVIRUS

La pandémie COVID-19 a ravagé le monde. Cette crise prendra également fin, mais ses implications ne seront jamais oubliées. À l'instar de la Grande Récession, alors que l'industrie financière a subi une grande réforme, la fintech a été observée peu de temps après. À ce stade, nous venons de commencer à ressentir l'impact sur les marchés financiers, les consommateurs et les entreprises à l'échelle mondiale. Au revers, cette pandémie a donné lieu au plus grand catalyseur de transformation numérique que nous ayons vu depuis des années, où la numérisation de son entreprise est passée d'un bien à avoir, à un must-have pour survivre. L'absence d'un élément numérique dans son travail rend son produit invendable puisque la façon dont les consommateurs voyagent, travaillent, magasinent et interagissent a changé radicalement. Qu'est-ce que cela signifie pour l'industrie des technologies financières ? L'histoire fournit de solides preuves de cette corrélation. Une étude sur la « crise financière mondiale et la cybercriminalité » [1] souligne qu'en 2008-2009, « la crise financière mondiale a provoqué une augmentation de la production de spam à la suite de l'effondrement initial de la Lehman Brothers Bank, Bank of America et AIG à la mi-septembre. Alors que les marchés boursiers mondiaux se sont effontrés, les spammeurs ont tenté d'attirer les bénéficiaires en faisant la promotion de services qui prétendaient éliminer les dettes, les hypothèques et d'autres obligations fiscales ou de prêts. » Par conséquent, le présent article vise à décrire comment les différents domaines de l'espace fintech qui ont été touchés par la pandémie en discussion.

I. Paiements

Les chances d'une récession en 2020 ont augmenté de façon spectaculaire avec les estimations de Good Jugement [2] d'une récession américaine d'ici la fin de mars 2021, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Fonds monétaire international (FMI), ainsi que des banques comme JP Morgan ayant déclassé leurs estimations pour la croissance mondiale. Les entreprises qui traitent des machines de point de vente ont connu un impact négatif, car les magasins de détail ont rapidement fermé leurs portes pour empêcher la propagation du virus [3]. En outre, en raison des contraintes liées aux déplacements, le secteur des paiements numériques a connu une diminution du nombre de transactions en raison de l'impact sur les voyages aériens et l'accueil, avec une augmentation des annulations et des remboursements dans le monde entier [4].

Cependant, ce n'est pas tout malheur dans l'espace fintech. En raison de la forte utilisation des sites Web de commerce électronique, il y a également eu une légère augmentation des transactions numériques puisque les résidents de diverses juridictions n'ont d'autre choix que de faire des achats en ligne. En Afrique du Sud, le paiement en ligne Ozow a été témoin de 35 à 40 % de transactions supplémentaires, car les gens s'abstiennent de toucher des espèces et des machines de point de vente [5]. La société a également déclaré qu'elle avait été témoin de la plus forte demande de la part des pharmacies et des détaillants.

Les Fintech sont un secteur complexe et multidimensionnel — où les startups dans l'espace de prêt trouvent les choses un peu plus difficiles, celles qui se trouvent dans l'espace de traitement des paiements peuvent être témoins d'une montée en flèche dans ce segment en raison des personnes qui utilisent des méthodes de paiement numériques sans contact (portefeuilles, transferts P2P, paiements sans contact) plutôt que de l'argent comptant. Une règle générale qui s'applique à tous les segments de l'industrie serait la voie vers la rentabilité. Cela va forcer les fondateurs de startup à chercher des moyens de conserver de l'argent et de gagner des clients plus intelligemment, plutôt que de chercher à se lancer dans des schémas d'enrichissement rapide.

II. Prêts

Traditionnellement, les particuliers prennent des prêts pour faire de gros achats — mais comme la plupart des magasins de détail physiques qui induisent un certain comportement de dépense sont fermés, les particuliers dépensent moins pour des produits non essentiels, ce qui entraîne un manque de « besoin » d'emprunter de l'argent pour acheter des produits de luxe [6]. De plus, bon nombre d'entre eux sont confrontés à une réduction partielle ou totale des salaires qui se traduit par un non-remboursement de la part des emprunteurs qui ont eu des difficultés financières en raison d'une baisse de salaire imposée par la COVID-19. Des plans de sauvetage sont recherchés partout dans le monde, les prêteurs en Italie, au Royaume-Uni et en Inde ayant offert des congés de remboursement. Cela donne le ton à une diminution du nombre de prêts traités dans le monde, car les gens ne seraient pas en mesure de rembourser les prêts pendant longtemps.

Sur le plan inverse, les prêts seront essentiels pour les petites et moyennes entreprises qui souffrent actuellement du fait que les clients achètent moins. Divers gouvernements aident ces entreprises à se tourner vers une entreprise axée sur la technologie, dans la mesure du possible, pour obtenir des fonds entre les mains de petites entreprises plus rapidement que les banques commerciales.

III. Menaces de cybersécurité

Les avantages récoltés par les entreprises qui renforcent leur « présence en ligne » de nos jours sont de plus en plus contraires par certains problèmes qui se répand. Une observation clé qui peut être tirée est qu'Internet a influencé le monde du crime organisé et le marché criminel. Les cybercrimes imitent l'état d'esprit des crimes de rue, et on considère qu'ils s'accroissent au fur et à mesure que la société traverse des changements et des défis. Étant donné que le monde concentre actuellement son attention sur la menace massive que représente la pandémie, la plupart de la population mondiale étant sous une forme ou une autre de confinement, les cybercriminels sont susceptibles de prospérer dans un tel climat.

Les institutions financières sont confrontées à un défi très grave à cet égard, et la nécessité d'un système qui non seulement protège contre de telles attaques, mais aussi prévient, s'est accentuée avec l'apparition du coronavirus. La situation du marché rappelle celle de 2008, c'est-à-dire un marché boursier en pleine effondrement, une récession et un changement sociétal vers le seuil de pauvreté. Une étude de Cybersecurity Ventures prévoit que la cybercriminalité coûtera au monde plus de 6 billions de dollars américains par an d'ici 2021, contre 3 billions de dollars américains en 2015 [7].

Les entreprises de services financiers semblent être la cible privilégiée pour les cyberattaques. Finastra [8], un important fournisseur de solutions technologiques fintech pour les banques mondiales, a annoncé qu'elle avait découvert une faille de sécurité le 20 mars 2020 qui avait conduit l'entreprise à fermer son système clé en raison d'un groupe de pirates inconnus qui tentait d'induire des logiciels malveillants sur le réseau par une attaque par ransomware. De telles attaques ne se produisent pas seulement dans des entreprises fintech en herbe, mais elles ont même affecté des entreprises comme la Banque centrale européenne, qui a dû fermer le site Web du Integrated Reporting Dictionary des banques après que la maintenance de routine a révélé une cyberattaque qui compromettait les données de ses abonnés à la newsletter.

Il y a une pléthore d'exemples qui peuvent être cités, mais le principal à retenir est que la nature des attaques dans l'espace des services financiers continuera de croître en niveaux de sophistication et en nombre, et l'avènement du coronavirus ne servira que de catalyseur.

IV. Blockchain

L'effondrement progressif, ou à tout le moins le changement sismique, que connaîtra le système financier traditionnel, ouvre la voie à l'essor des systèmes de niveau inférieur. Par les systèmes de niveau inférieur, on comprend les systèmes qui fonctionnent sans, ou avec peu d'intervention, à partir de structures de haut niveau qui tendent à être centralisées. Les systèmes de paiement P2P sont déjà florissants dans les régions où les institutions financières centralisées ne sont pas présentes ou difficiles d'accès, et avec un autre effondrement financier en cours, il est probable que ces systèmes de paiement P2P augmenteront également en popularité dans les régions considérées comme développées. De même, l'accès aux systèmes de prêt qui permettent le microcrédit pourrait bien sauver des vies pour les PME. Ces systèmes de paiement et de prêt bénéficieront grandement de l'utilisation de la technologie blockchain, d'autant plus que les institutions financières centralisées ont jusqu'à présent été la pierre angulaire de la confiance pour ces systèmes qui, par nature, bénéficieraient d'une « absence de confiance ».

La résilience des systèmes décentralisés et distribués est également un facteur clé dans la guerre contre les cybercriminels, d'autant plus que les données sont considérées comme le « nouveau pétrole » et sont souvent la cible d'attaques malveillantes. La protection de l'exactitude et de la conservation des données grâce à la technologie blockchain est en cours d'étude, et diverses implémentations sont mises en lumière [9]. De même, une plus grande décentralisation du système des noms de domaine empêcherait les cybercriminels dans diverses attaques telles que les attaques par DDoS.

Conclusion

La pandémie de coronavirus affectera les entreprises de toutes tailles. Bien qu'il soit compréhensible que la plupart des entreprises se déplacent en ligne pour rester pertinentes, il est essentiel que les systèmes implémentés permettent l'accès à distance et s'assurent que le VPN et les autres systèmes d'accès à distance soient entièrement corrigés. La mise en œuvre de l'authentification multifactorielle, l'amélioration de la surveillance du système pour recevoir une détection précoce et des alertes, ainsi que l'assurance que toutes les machines disposent de pare-feu correctement configurés, sont quelques éléments essentiels de la cybersécurité à prendre en considération. Cependant, comme souligné ci-dessus, les solutions futures devraient avoir à l'esprit les mots « de pointe » en termes d'évaluation ; si de telles solutions utilisent la technologie blockchain au moyen d'améliorations pratiques plutôt que d'utiliser la blockchain pour cela, alors elles devraient être soigneusement examinées. Outre les ramifications techniques, il faut aussi prendre le temps d'examiner les ressources, de voir ce qui est nécessaire pour réduire les effectifs. Laisser tomber les individus devrait être la dernière option, mais creuser profondément dans les contrats établis, rester à flot pendant les huit à douze prochains mois sans compromettre les mesures de cybersécurité, fera probablement de votre entreprise un succès.

_____________________

Crise financière mondiale et cybercriminalité par Bashar Matameh et al., Int.J.Buss.Mgt.Eco.Res., Vol 2 (1) ,2011,124-130, Department of Business Administration, Delmon Univesity ↑

dernière consultation le 27 avril 2020 ↑

Le PDG de Pine Labs, Amrish Rau, a noté que leurs transactions ont diminué de 40% il y a quelques jours. Cela s'explique également par la diminution de la capitalisation boursière M-o-M des grands processeurs de paiement, comme Mastercard, avec une baisse de 25 % et Visa, avec une baisse de 20 % de la capitalisation boursière. ↑

En Inde, des entreprises telles que Razorpay ont vu une baisse de 40% des transactions numériques en ligne en raison de l'interdiction de voyager ainsi que des annulations et des remboursements ↑

« Les paiements numériques s'envolent au milieu des craintes COVID-19 », Sibahle Malinga, ITWeb consulté le 27 avril 2020 ↑

33 à 43 milliards de dollars frappé, selon AllianceBernstein et BCG ↑

dernière consultation le 27 avril 2020 ↑

dernière consultation le 27 avril 2020 ↑

« Utilisation de la technologie Blockchain pour stimuler la cybersécurité », Yuliia Horbenko a accédé le 27 Avril 2020 ↑

Beverly Tonna
Beverly Tonna
As part of my role at Blockchain Advisory, I assist promoters of projects which have disruptive technology as the core of their business idea. Particularly, I advise clients wishing to conduct a token offering from Malta and also assist with the set up and ongoing compliance of virtual financial asset service providers. During the course of my work, I also advise entities within the FinTech space on matters which venture into the realms of traditional financial services.

Like what you read? Give us one like or share it to your friends and get +16 bl

11
Hungry for knowledge?
New guides and courses each week
Looking to invest?
Market data, analysis, and reports
Just curious?
A community of blockchain experts to help

Get started today and earn 128 bonus blocks

Already have an account? Sign In